mardi, mars 5, 2024

La lettre Comb Lab : Quelle autorité face à l’inédit ?

Nos lettres mensuelles signalent à maintes reprises les risques et méfaits engagés par la procrastination des élites – ou supposées telles – et des citoyens ordinaires tant il est difficile de renoncer au confort apparent des routines et petites manies quotidiennes. La perception des enjeux liés au changement climatique et à la perte de la biodiversité divise la société mondialisée en trois grands groupes. Les uns nient le problème et investissent aveuglément dans l’économie extractive. D’autres, éprouvés par les canicules estivales et spectateurs des tornades et incendies voient l’eau couler au robinet et les magasins achalandés. La perte de la biodiversité n’apparaissant pas dans leur quotidien, ils ne savent plus que penser de l’encombrante question climatique. Enfin, un troisième groupe, victime des catastrophes atmosphériques ou simplement conscient des évolutions de la biosphère scientifiquement validées, vit douloureusement l’inertie du système dominant dont la boussole reste bloquée sur le profit financier ou électoral de très court terme.

Simultanément, partout des programmes territoriaux embarquent les habitants à conjoindre solidarités sociales avec renforcement de la biodiversité et réduction drastique des pollutions. Car le maintien des conditions de vie ne se fera pas sans solidarité et réciproquement.

Ce rapide tour d’horizon met en lumière la dissonance cognitive qu’expérimentent les générations actuelles. La disharmonie entre les systèmes techniques et les organisations sociales, de la famille, de l’entreprise et plus largement de la société contemporaine, augmente sans cesse. Or, les organisations politiques et grands-messes internationales sur le climat, la biodiversité ou les océans, échouent quand elles ne renoncent pas, à exercer une gestion raisonnée des risques et donc, à fédérer la société face aux menaces.

Pendant ce temps… 

  1. La mise en péril de l’habitat de nombreuses espèces, dont la nôtre (!) s’accélère. « La fonte du permafrost menace de relarguer 1 700 milliards de tonnes de CO2 séquestré sous forme de matière organique, soit le double du total de CO2 qui constituent l’actuel effet de serre sur la planète. »1
  2. Des forages en cours dans la montagne norvégienne inquiètent. En effet, « le pergélisol des vallées du Svalbard semble constituer un scellant efficace en tant que « couvercle cryogénique », empêchant le méthane en profondeur de s’échapper dans l’atmosphère, les zones montagneuses formant des barrières beaucoup moins solides. Malgré plus de 50 ans de forage, il s’agit de la première étude à analyser systématiquement la quantité de méthane qui se trouve à la base du pergélisol du Svalbard. À l’heure actuelle, il n’existe pas d’estimation claire permettant de prédire la quantité de méthane qui s’échappe actuellement du pergélisol arctique. Il y a tout simplement trop d’inconnues. »2. »

Ces quelques lignes font surgir trois éléments forts : inertie non-rationnelle, péril, inconnues. Ils mobilisent à leur tour deux principes fondamentaux : décision et responsabilité. D’où la question cruciale : quelle autorité déclenchera une vraie politique de cessation de destruction des conditions de vie pour une multitude d’organismes biologiques interdépendants, dont l’espèce humaine ?

Il peut s’agir d’une autorité politique si sa légitimité (ou sa tyrannie) le lui permet, d’une autorité financière si ses intérêts immédiats y trouvent avantage, enfin, il peut s’agir d’une décision purement rationnelle imposée aux cercles du pouvoir et aux administrations par l’un ou l’autre des multiples systèmes d’intelligence artificielle, dévalorisant de fait la fonction de lanceur d’alerte du milieu scientifique. Autrement dit, procrastiner la fin de l’extractivisme aggrave les enjeux environnementaux et pose des problèmes d’éthique de gouvernance inédits.

Alexei Grinbaum écrit à propos des machines générant du langage écrit ou parlé : « Gouverner, c’est aussi gouverner le code informatique. Dans la cité numérique, la mutation du citoyen en utilisateur, de l’individu rationnel en individu numérique, change la société en profondeur, modifie le sens de la démocratie comme de tout autre système politique. » 

« Réunir un Sénat numérique pour redéfinir la citoyenneté ? Trop tard ! La déchéance de l’éducation mathématique et le manque général de compétences en informatique ont durablement converti nos représentants politiques en profanes soumis, comme tous les utilisateurs, au pouvoir du code. »3

En pleine crise climato-environnementale nos conditions de vie mises sous hypothèque, la question du partage du libre arbitre individuel et des décisions collectives avec des calculateurs non charnels produisant du langage qu’ils ne comprennent pas, interroge de fond en comble les principes moraux et éthiques de base. La vitesse de calcul de la machine anéantit la capacité du cerveau humain à réunir à temps les éléments de prise de décision, quel que soit le domaine considéré. Par conséquent, qui dispose en dernier ressort pour décider d’une politique environnementale garantissant la permanence de l’habitabilité de la planète ?

Comb Lab postule que le caractère véritablement Historique de la période que nous vivons offre l’opportunité enthousiasmante bien qu’inédite et aventureuse, de mobiliser localement et globalement l’intelligence collective des humain, avec le concours de l’outil IA, pour cesser immédiatement les investissements et procrastinations non-rationnels et inventer dès aujourd’hui le monde qui vient avec la sociabilité qui lui soit ajustée.

Gageons que les enjeux moraux et éthiques issus de l’irruption d’agents conversationnels non charnels produise un sursaut en sorte qu’il contribue à la solution. A défaut, la machine autonome bien que dénuée de sens, fascinera et aggravera les problèmes du siècle. Si le stimulant s’avère assez puissant, la raison éclairée par l’intelligence collective prendra enfin le pas sur l’addiction aux seules satisfactions du très court terme.

1 Source UP Magazine 14 12 2023.

« https://up-magazine.info/planete/climat/122674-un-monstre-de-methane-tapi-sous-larctique-menace-de-se-liberer-dans-latmosphere/?utm_source=ActiveCampaign&utm_medium=email&utm_content=RSS%3AITEM”%3ATITLE&utm_campaign=PANORAMA+-+16%2F12%2F2023+aag%28V2%29 »

2 Dito

3 Alexei Grinbaum Paroles de machines, Dialoguer avec une IA HumenSciences 2023.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *